Histoire de Tunisie

on mercredi, 10 janvier 2018. Posted in Histoire

Qui se souvient de l’école de danse Tramoni-Caparros ?

Longtemps, l’école de danse Tramoni-Caparros a formé des générations de  danseuses classiques dans les studios de la rue Mokhtar Attia (ex-Nahas Pacha). Chaque année, le Théâtre municipal de la capitale accueillait les nouvelles pousses et les graines de danseuses lors de mémorables soirées qui réunissaient un public complice. Tramoni-Caparros était alors, avec Debolska-Foutline, la seule école de danse de renom dans la capitale et, pendant des générations, le lieu cardinal de ces apprentissages classiques.

Sous l’œil vigilant des formateurs, les jeunes pratiquaient entrechats, sauts de rivière et pointes, dans une ambiance de ferveur. Dans les années 1990, l’école s’installera à La Marsa et, parallèlement, gardera ses locaux historiques à Tunis.

 Une longue carrière vouée à la danse classique s’achevait alors pour le couple Caparros et la « mamy » tutélaire qui ont tant donné à la danse en Tunisie. Aujourd’hui que les initiatives dans ce domaine se multiplient avec la montée de nouveaux talents et une nouvelle génération de chorégraphes, il est temps de rendre l’hommage qu’ils méritent amplement aux Caparros. Pourquoi en effet ne pas saluer leur parcours et leur offrir notre reconnaissance lors des Journées de la Danse qui seront organisées en mai prochain ? En attendant une initiative en ce sens, retrouvons grâce à ces photographies un couple mythique qui a tant fait pour la danse en Tunisie.

LES OTTOMANS DEBARQUENT A TUNIS

Hatem Bourial

Attaque de la flotte ottomane sur Tunis et La Goulette représentée par Georg Braun et Frans Hogenberg

C’est le 15 juillet 1574 que les troupes ottomanes ont débarqué à Tunis pour s’emparer de la forteresse de La Goulette. Il faudra deux mois de combats entre Ottomans et Espagnols pour que les premiers l’emportent et puissent bloquer l’accès maritime vers la ville. Simultanément, par voie de terre, des renforts venus aussi bien d’Alger que de Tripoli allaient permettre de contrôler les accès terrestres vers la capitale.

Représentation de l’attaque de La Goulette par Frans Hogenberg

C’est ainsi que le 23 août 1574, la prise totale de La Goulette est achevée alors que les troupes ottomanes entreront à Tunis le 3 septembre. C’est par la suite que la Tunisie sera rattachée au beylerbey et placée sous occupation. Le pays sera alors dirigé à partir d’Alger où se trouvait le siège du beylerbey d’Afrique. Plus tard en 1584, Tunis accédera au rang de province (iyala) indépendante d’Alger et Tripoli.

A partir de cette date, la province de Tunis sera dotée de ses propres organes, avec un wali représentant le sultan, une milice commandée par le diwan et un qadhi pour rendre la justice. Peu à peu, le diwan prendra le pas sur le wali et finira par instaurer un pouvoir des deys qui dirigeront la province jusqu’en 1637.

Qui sont les quatre deys ottomans de Tunisie ?

Par Hatem Bourial

C’est en 1591 que les deys ottomans ont pris le pouvoir dans la Tunisie de cette époque. En effet, après s’être soulevés contre la tyrannie de leurs chefs, les janissaires ont instauré le gouvernement des deys. Le premier de ces deys qui ont gouverné le pays se nomme Brahim Rodesli.

Il portait ce nom car il était originaire de l’île de Rhodes. Elu dey par ses pairs en 1591, il restera au pouvoir durant trois années puis s’enfuira du pays, profitant d’un pèlerinage en terre sainte pour ne plus revenir. C’est Moussa Dey qui lui succédera mais ne restera que brièvement au pouvoir. Contesté par les janissaires, il quittera lui aussi le pays.

Avec Othman Dey dont la demeure historique se trouve dans la médina de Tunis à la rue Mbazza, près du quartier des Teinturiers, c’est un nouveau dey qui accède au pouvoir. Ce troisième dey de notre histoire s’affirmera et restera au pouvoir de 1593 à 1610. Il prendra la mesure des janissaires, implantera des garnisons à l’intérieur du pays et déjouera plusieurs complots le visant. C’est Othman Dey qui accueillera les Morisques chassés d’Espagne et les installera dans les régions fertiles pour bénéficier de leur savoir-faire.

Othman Dey armera aussi des bateaux corsaires dont les revenus allaient soutenir son effort de modernisation.

A sa mort, c’est Youssef Dey qui lui succède et qui gardera le pouvoir de 1610 à 1637. Ce dernier est un ancien janissaire qui avait épousé la fille de Othman Dey. Nous lui devons la mosquée qui porte toujours son nom et se trouve sur les hauteurs de la médina de Tunis.

Youssef Dey allait clairement établir les frontières du pays et mènera pour cela deux affrontements armés avec l’Algérie qui aboutiront à la signature, en 1614 et 1628, de traités délimitant les frontières ouest de la Tunisie. C’est lui aussi qui ramènera Djerba dans le giron tunisien après que Dragut l’ait rattachée à la Tripolitaine.

A sa mort en 1637, c’est Osta Moratto qui lui succédera et ouvrira la voie à la prise du pouvoir par la dynastie beylicale des Mouradites qui régnera jusqu’à l’avènement des Husseinites.

Contact Info

Pour toute demande d'information

Radioumsouk

Houmt Souk,

Djerba 4180

E-mail : contact@radioumsouk.com

Houmt Souk Djerba