HISTOIRE DE LA TUNISIE

on mercredi, 18 avril 2018. Posted in Histoire

Sfax, capitale du Sud

Sfax est la 2ème ville et centre économique de Tunisie, à environ 270 kilomètres de la capitale. Elle occupe une première place économique avec l'exportation de l'huile d'olive et du poisson frais ou congelé

La pêche occupe en effet une place de choix dans l'économie régionale avec une flotte d'environ 300 chalutiers-crevettiers, cinquante thoniers, 1 500 barques à moteur et 2 000 barques à voile. La ville produit environ 25 000 tonnes de poissons par an, soit le tiers de la production nationale, dont une bonne partie est exportée.

Expansion

Sfax est une ancienne ville berbère appelée Syphax, puis Taparura, qui est le nom donné à un projet qui vise à transformer une zone de 420 hectares située sur la côte, impactée par des rejets industriels (phosphogypse et métaux lourds), en un quartier urbain et touristique. Sur les 420 hectares, 260 devraient être gagnés sur la mer Méditerranée. Les premiers travaux de dépollutions et de remblaiements, débutés en 2006, sont en cours d'achèvement. La 2e phase, qui débute cette année, consistera en la construction de nouveaux logements, hôtels, zones de loisirs, activités commerciales et services, espaces verts et zones d'équipements publics permettant d'accueillir environ 50.000 résidents et de créer de nouvelles opportunités d'emploi une fois le projet achevé.

Sfax compte plus de deux cent soixante mille habitants, et le Grand Sfax un demi million. Plus grande et beaucoup plus aérée que Tunis, avec ses larges avenues, elle est 4 fois moins peuplée.

Agriculture

La région compte six millions de pieds d'oliviers ? certains datant de l'époque romaine ? et près de cinq millions d'amandiers. Côté élevage, 340 000 ovins, 50 000 caprins et près de 30 000 bovins, et une industrie laitière qui chiffre 75 000 tonnes de lait par an. 

Sport

La ville de Sfax est considérée comme l'un des pôles sportifs les plus importants du pays avec environ quarante clubs sportifs. Elle compte ainsi quelque 7 200 sportifs pratiquants : football, volley-ball, handball, basket-ball, judo, tennis, rugby à XV, athlétisme, boxe, haltérophilie, natation et ... pétanque.

La Medina de Sfax a un charme très particulier.

Moins étouffante que celle de Tunis, on y trouve, outre les beaux étalages maraîchers, les voûtes de briques beige, les boutiques de parfums, les ateliers et les artisans, un grand marché au poisson et ... des réparateurs de cocotte minute !

A découvrir également : le Musée Dar Jallouli, belle maison traditionnelle, le Musée archéologique, Bab Bhar, la porte de la mer, la grande mosquée, le site archéologique Thyna.

A voir absolument à 1h15 de traversée : les Iles Kerkennah

Les bonnes adresses

Hôtel Borj Dhiafa*****

Maison d'hôtes Dar Salma

Café El Diwan, à l'entrée de la Medina

Restaurant le Corail Chez Tonton (à l’étage) 

-------------------------

Entre Gafsa, Orbata et Es-Stah : Découvrir la route de la préhistoire.

Djebel Orbata L’une des routes les plus spectaculaires de Tunisie se trouve à la sortie de Gafsa, en se dirigeant vers ce qu’il convient bien de nommer le circuit des djebels.

J’emprunte cette route à chaque fois que j’en ai l’occasion car elle permet de relier Gafsa à Tozeur sans passer par la plaine et Métlaoui mais en rejoignant d’abord les oasis de montagne.

Cette route offre aussi bien des plongées dans la préhistoire tunisienne que la découverte de minuscules sites romains.

Le circuit commence avec une conviction relative à la beauté âpre et digne du panorama. Avec Djebel Orbata au sud et les djebels Assalah et Ben Younes au nord, l’oasis de Gafsa est enserrée par des massifs dénudés, dont les lignes et les couleurs ocres sont remarquables.

Si Orbata et ses mines de fer se trouvent plus au sud, vers la route de Gabès, le djebel Assalah est aux portes de la ville et abrite d’extraordinaires grottes aux richesses préhistoriques qui restent à découvrir pleinement.

Plus loin, la petite oasis de Sidi Ahmed Zarroug se trouve au pied de djebel Ben Younes. La route longe alors le djebel puis traverse une plaine. Il est alors temps de commencer la montée des flancs de djebel Es-Stah.

C’est assurément une route magique. Atteignant le sommet, on peut admirer la nappe brune de l’oasis de Gafsa. En poursuivant la route qui redescend, on atteint un plateau entouré de montagnes et la fameuse Garaet Edouza où se rassemblent les oiseaux migrateurs.

La route continue vers les oasis de montagne et les sites miniers de Om Laraiess et Redeyef. De là, on atteint le sommet du djebel Alima à partir duquel on aperçoit un saisissant panorama de la plaine du Djerid.

La route descend alors en lacets, à flanc de montagne, dans un incroyable paysage minéral. C’est ici que l’on peut reconnaître les fameuses escargotières où l’on trouve des éclats de silex et des outils préhistoriques, comme des pointes de flèches.

La route continue alors vers Tamarza, Midès et Chebika. On navigue au milieu des cailloutis quaternaires entre dépaysement et éternité, avant de rejoindre Tozeur.

Peu connue, cette route est incontestablement l’une des plus spectaculaires de Tunisie et aussi celle qui démontre que le bassin minier et ses environs pourraient devenir un pôle de tourisme culturel, sites préhistoriques, paysages imposants et ocres jebels à l’appui. 

Contact Info

Pour toute demande d'information

Radioumsouk

Houmt Souk,

Djerba 4180

E-mail : contact@radioumsouk.com

Houmt Souk Djerba