MOTS BIZARRE, VOUS AVEZ DIT BIZARRE ?

on mercredi, 31 janvier 2018. Posted in Divers

EXPRESSION-EXPLICATION

D’où vient l’expression « une note salée » ?

Une note ou une addition « salée » est une facture d’un montant élevé. Cette expression exprime aussi l’idée que la somme à payer est bien supérieure à celle anticipée. Passée la surprise qu’elle peut représenter, celui qui doit s’en acquitter peut s’interroger légitimement sur l’origine de son appellation ! Deux hypothèses existent. Selon la première, on la doit à une taxe du Moyen âge portant sur le sel, appelée «gabelle». La vente du sel était à l’époque un monopole royal. Or ce produit était pour la population le seul moyen de conserver les aliments. S’appliquant à un produit indispensable aux foyers, la taxe fut très impopulaire et à l’origine de révoltes et soulèvements. Selon une autre hypothèse, l’expression s’explique tout simplement par le goût du sel. Saupoudré en trop grande quantité sur un plat il le rend difficile à avaler, à l’image de l’addition qui resterait en travers de la gorge de celui-ci qui serait dans l’obligation de s’en acquitter.

Pourquoi dit-on « virer sa cuti » ?

« Virer sa cuti » consiste à changer radicalement de façon de penser, de mode de vie ou de comportement. Cette expression est parfois utilisée avec une connotation sexuelle pour souligner un changement d’orientation. La « cuti » est l’abréviation de « cuti-réaction », ce test cutané consistant dans l’observation de la réaction de la peau au dépôt d’une substance. Le vaccin BCG destiné à lutter contre la tuberculose et administré aux enfants était l’occasion d’observer cette cuti-réaction. « Virer sa cuti » consistait à voir apparaitre une rougeur sur la peau confirmant l’action du vaccin. Quand la cuti vire, il y a bien un changement d’état cutané. L’expression utilisée au figuré fait donc bien référence à la modification d’un état originel. A noter qu’il existe un certain nombre d’expressions dans lesquelles on retrouve l’idée d’un revirement, comme par exemple « retourner sa veste » sans que celle-ci ne soit utilisée dans le domaine sexuel !

Quelle est l’origine du « pot-pourri » ?

Un « pot-pourri » est un mélange de choses diverses. Il peut s’agir d’un livre ou d’un morceau de musique mélangeant différents airs connus. Au 17ème siècle il était courant de cueillir des fleurs très odorantes pour les faire sécher ou pourrir et de les mélanger à des essences rares et du sel. On enfermait ensuite le tout dans des pots dont le couvercle était ajouré. La pâte en putréfaction libérait des parfums qui s’échappaient par les orifices et embaumait agréablement les habitations pendant de longs mois. En effet cette préparation humide particulière permettait aux fleurs de ne pas sécher rapidement. Très vite le « pot-pourri » a désigné un assemblage d’éléments divers, écrits ou chantés, comme autant de fleurs de toutes sortes réunies en un seul contenant. Dans la première moitié du 19ème siècle son utilisation est avérée dans le domaine musical où il permit de désigner un assemblage de mélodies populaires.

D’où vient l’expression « rond-de-cuir » ?

Un « rond-de-cuir » est un terme péjoratif et familier utilisé pour désigner un employé de bureau, le plus souvent exerçant sa profession dans les services administratifs. L’expression vient du fait que ces employés ont toujours travaillé assis sur des chaises plus ou moins confortables. Maintenir cette position de longues heures pouvait s’avérer douloureux pour les fessiers. Aussi certains d’entre eux prirent l’habitude de placer un coussin rembourré, de forme souvent ronde, appelé un rond de cuir, pour atténuer leur souffrance et faciliter l’exécution de leurs tâches. Ensuite à la fin du 19ème siècle Georges Courteline publia un roman dont le titre est Messieurs les ronds-de-cuir, ayant pour sujet la vie des fonctionnaires, employés de bureau sédentaires. A partir de ce moment-là l’expression « rond-de-cuir » se popularisa et acquis son caractère péjoratif offrant aux critiques de la bureaucratie une addition non négligeable à leur vocabulaire.

Quelle est l’origine de l’expression « semer la zizanie » ?

« Semer la zizanie » dans un groupe consiste à faire naître la discorde, rompre la bonne entente générale. Cette expression n’est apparue qu’au 16ème siècle bien que son origine soit bien plus ancienne. « Zizanie » vient du latin « zizania » qui désigne une mauvaise herbe qu’on appelle plus scientifiquement l’ivraie. Cette mauvaise graine peut ruiner des récoltes car elle pourrit les éléments qui poussent autour d’elle. Dans un passage de l’évangile selon saint Matthieu on trouve justement une parabole de la mauvaise herbe. Face à la foule, Jésus aborde la présence du mal sur Terre en racontant une histoire dans laquelle un homme voit pousser dans son champ le blé qui y a semé mais aussi de l’ivraie. Le texte dit : « Une nuit, pendant que tout le monde dormait, un ennemi de cet homme vint, sema parmi le blé de la zizanie, puis s’en alla. ».

Contact Info

Pour toute demande d'information

Radioumsouk

Houmt Souk,

Djerba 4180

E-mail : contact@radioumsouk.com

Houmt Souk Djerba