En qualifiant nos militaires d’idiots, Daïmi et Marzouki prouvent qu’ils ont une très courte mémoire

on mercredi, 24 janvier 2018. Posted in Divers

Insinuer ou qualifier que nos militaires sont idiots parce qu’ils ont traduit le

blogueur nouvellement élu devant un tribunal militaire est abject et insulte tout le peuple tunisien et non uniquement son institution militaire.

Et c’est assez lâche, parce que MM. Daïmi et Marzouki savent qu’ils sont intouchables, le premier bénéficie d’une immunité parlementaire (qu’on a étendu comme un élastique pour toutes sortes d’activités et non uniquement l’activité parlementaire comme le stipule la loi), alors que le second bénéficie d’une sorte d’immunité politique. Personne n’ose le toucher en dépit de toutes les violations qu’il commet.

Pour rappel, la Tunisie n’a jamais quitté les rapports d’Amnesty. Il n’y a aucun retour à la période d’avant la révolution, comme le dit Imed Daïmi et le répète Moncef Marzouki, car la Tunisie a été épinglée des dizaines de fois quand Marzouki était à la présidence de la République et Daïmi son chef de cabinet.

Nous avons sélectionné une liste non exhaustive des communiqués d’Amnesty dénonçant les violations des droits quand ce duo, se prétendant défenseur des Droits de l’Homme, était à la tête de l’Etat et où l’on ne comptait plus les procès politiques frappant les militants et les journalistes. On rappelle même une célèbre phrase de Moncef Marzouki à propos du caricaturiste Jabeur Mejri, en septembre 2013, quand il a dit qu’il est en prison pour sa sécurité vu que sa libération pourrait le mettre en danger.

Quatre mois plus tard, en janvier 2014, et alors que le même Mejri était toujours en prison, c’est une délégation de la Fédération internationale des Droits de l’Homme qui a pris l’affaire en main et a rendu visite au caricaturiste emprisonné. « Aucune écoute n’a été perçue de la part des officiels dont Moncef Marzouki, président de la République au grand parcours de militant des droits de l’Homme », a déclaré alors Bochra Bel Haj Hmida, avocate du caricaturiste.

MM. Marzouki et Daïmi osent insinuer ou qualifier d’idiots nos militaires et un procès devant la justice militaire alors que cette même justice militaire a traduit devant elle le propre ancien conseiller de Moncef Marzouki, Ayoub Massoudi, tombé à l’époque en disgrâce. C’était en janvier 2013, M. Massoudi était accusé et jugé coupable de diffamation et a vu sa condamnation alourdie en appel passant de 4 à 12 mois de prison avec sursis.

Si Amnesty peut exercer aujourd’hui normalement, on ne peut pas dire la même chose à l’époque puisque l’organisation mondiale était carrément interdite d’accès au palais de Carthage, comme le témoigne son SG de l’époque Zouheir Makhlouf, alors qu’il était muni d’un carton d’invitation.

Non, MM. Marzouki et Daïmi, la Tunisie n’est pas revenue au top des titres d’Amnesty, la Tunisie n’a jamais quitté la titraille d’Amnesty, mais il se trouve qu’elle est aujourd’hui nettement moins citée que sous votre période

Contact Info

Pour toute demande d'information

Radioumsouk

Houmt Souk,

Djerba 4180

E-mail : contact@radioumsouk.com

Houmt Souk Djerba